Pandora Abyss
Bienvenue a vous sur Pandora Abyss!

Sur le forum de Pandora Abyss, vous avez une liberté totale. Vous pouvez décidez de suivre le manga Pandora Hearts en y greffant votre personnage, vivre votre propre aventure en vous mélangent un peu avec les protagonistes du manga ou bien, faire une histoire totalement a part, qui na rien a voir avec le manga. Ce forum vous offre des possibilités de RP fascinantes alors, profitez en.



Forum RPG basé sur l'univers de Pandora Hearts.
 
AccueilAccueil  L'Abyss...L'Abyss...  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Qui a peur du grand méchant loup? (Terminé!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Illian Okami

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Qui a peur du grand méchant loup? (Terminé!) Dim 18 Sep - 16:48

Général:




Nom: Ôkami
Prénom: Illian
Âge: 16

Groupe: Associés défendu
Rang : Petit texte totalement libre. Il sera mit au-dessus de votre avatar.
Surnom: Illi



Carnet de Santé:



Groupe sanguin : O-
Allergie(s) :
Problème(s) de santé : Borgne et manchot. Je fais aussi souvent des malaises.
Manie(s) : parler tout seul,




Votre Description:




Description physique:

Comment me décrire… J'aurais tendance à dire que je suis assez banal mais quand je dis ça, on s'empresse de me démentir et je perds en crédibilité. Je dirais donc plutôt que je suis presque banal. Je ne suis pas très grand, à peine un mètre soixante (allez, corps, s'il te plait, encore dix centimètres et je ne t'embête plus. S'teuplait! … Ah bah non. Bon, tant pis…), pour une petite soixantaine de kilos. Mon principal problème avec mon physique, c'est que j'ai les traits assez fins et du coup, on se trompe souvent sur mon sexe. Ce qui a le don de m'énerver prodigieusement. Tout de même, ce n'est pas de ma faute si j'ai les traits si fins et que je ne supporte pas d'avoir les cheveux courts! (Dans le genre, pour ne rien arranger…) Noirs corbeaux, je préfère les porter mi-longs, c'est tellement plus harmonieux… Je n'en prends pourtant pas particulièrement soin et, s'ils sont toujours propres (je préfère rassurer tout le monde : le reste de ma personne est aussi toujours propre), ils ne sont pas souvent bien coiffés. En général, ça part un peu dans tous les sens… Tant pis, c'est très bien comme ça.
Mes yeux ne sont pas de la même couleur. On ne peut pourtant pas dire qu'ils soient vairons… A la base, ils avaient la même couleur, gris clairs tout les deux mais suite à un accident, le blanc de mon œil droit est devenu… noir. Et il ne cligne jamais. (On me dit souvent qu'il fait peur, qu'il me donne un air effrayant mais moi, quand je me regarde dans un miroir, je vois plus une sorte de hibou très ébouriffé qu'autre chose…) De plus, je suis tout à fait aveugle de cet œil. (Mince, j'aurai peut-être pas dû dire ça, ça va peut-être se retourner contre moi… Mettons que je n'ai rien dit…) Cet œil est juste là pour faire comme si j'avais deux yeux. (Enfin, est-ce plus effrayant d'en avoir deux dont un noir ou un seul ?)Pareil à mon œil est mon bras droit. Inutile paquet de chair brulée, noircie, (et heureusement indolore) accroché à mon épaule, je comprends qu'on puisse en avoir peur. Moi-même, sa vue me déplait souverainement, mais je n'ai jamais put me résoudre à le faire couper. En consequence, je le garde fixé dans mon dos, par un système de sangles, un peu comme si j’avais le bras en écharpe mais derrière mon dos plutôt que devant. Au moins, personne ne le voit et ne sait même qu’il existe et c’est très bien comme ça.

Côté vestimentaire, j’aime bien porter des vêtements amples, simples à enfiler à une main. En général, ça se limite à une chemise, un pantalon et une cape grise (qui est très utile pour dissimuler mon membre abîmé). Mes efforts de styles ne vont pas plus loin que ça, sauf si j’ai une très bonne raison de m’habiller de manière plus recherchée.


Description mentale:


Je ne pense pas être gentil ou attentionné. En raison de mon physique étrange voire effrayant (d’accord, j’en conviens, je n’ai pas un corps très attrayant et je comprends qu’on puisse avoir peur de moi), on m’a souvent repoussé ou fuit et bien que je ne soit pas trop rancunier, j’ai malgré tout tendance à devenir un peu agressif dès que l’on parle de mon œil ou de mon bras droit. Je ressens d’ailleur une certaine affinité avec les enfants " maudits " aux yeux rouges qui doivent avoir a peu près le même problème que moi. (Je ne le répeterai jamais assez : on ne juge pas les gens sur leur apparence physique. Ils n’ont pas demandé a être comme ça, c’est comme ça et c’est tout et avoir un œil rouge ou noir ne devrait pas avoir d’influence dans leurs relations.) Je suis assez têtu (et le savoir n’y change rien) et quand je suis sûr d’avoir raison, il est très difficile de me faire changer d’opinion, tant qu’on ne m’a pas démontré de manière claire que j’ai tort.

Tout au long de ma (courte, je l’accorde volontiers) existence, on m’a souvent dit que j’étais assez intelligent et en effet, sans être un surdoué, je peux raisonnablement dire que je ne suis pas bête. J’arrive plus ou moins à prévoir les situations et les réactions des gens qui m’entourent. (même si ça reste limité : je ne vois pas l’avenir, c’est juste une question de logique). Une sale manie que j’ai depuis longtemps est de parler tout seul, parfois même en pleine discussion avec d’autres personnes. Jamais réussi à me débarrasser de cette habitude…

Dans le même domaine, depuis tout petit, je suis sujet à des malaises, qui peuvent surgir n’importe quand et n’importe où, et pendant lesquels je tombe par terre en perdant connaissance. (et j’entends les petits malins dire : bah oui, c’est la définition même d’un malaise !) Cependant, quand je perds connaissance, c’est ma chain, Elea, qui vient prendre le contrôle de mon corps. Heureusement, le temps de tomber, j’ai à peu près vingts secondes pour lui dire ce qu’elle doit faire pendant mon " absence ". (ça fait longtemps qu’on s’entraîne et on a fini par arriver à quelque chose de pas mal, elle prend le contrôle tellement vite que parfois, je me contente de vaciller sur place et ça ne se voit même pas) Heureusement, nous nous entendons bien et elle ne fait (en général) pas de bêtises. Au bout d’une durée allant de cinq à soixante minutes, c’est au tour d’Elea de faire un malaise et de me rendre la place. Je n’ai plus qu’a me mettre au courant auprès d’elle de ce qui s’est passé quand je n’étais pas là. Je sais, ça paraît étrange mais on finit par s’y habituer.

Biographie:


Comment en suis-je arrivé là ? Je parle bien sûr de mon infirmité partielle et de mes petits échanges avec Elea. Et bien, c’est à la fois très simple et très compliqué. (en fait c’est très simple tout simplement parce que la moitié des choses qui sont arrivées sont pour l’instant absolument inexplicables…)

Mon vrai nom de famille n’est pas Ôkami. A la base, je m’appelle Illian Nahuel. Je faisais parti de ces familles de petite noblesse, loin dans la hiérarchie. Peu de gens connaissent d’ailleurs ce nom.



Je vivais heureux auprès des miens, ma mère m’aimait, mon père aussi, je recevais une bonne éducation dans un cadre qui, s’il n’était pas fastueux, n’était pas pauvre non plus. Petit garçon comme tant d’autre, j’étais assez insouciant quand à mes études. J’arrivais à m’en sortir sans trop de mal et ne faisais donc pas beaucoup d’efforts. J’étais assez solitaire, ne me mêlant que peu aux autres. Peut être est-ce cela qui me perdit. Par un après-midi d’automne, je me baladais dans les bois qui entouraient notre petite propriété. Je ne faisais pas attention à ce qui m’entourait, perdu dans mes pensées. Je me rappelle m’être éloigné suffisamment de la maison pour ne plus reconnaître vraiment à quel endroit je me situais. Je commençais a avoir un peu peur de ce qui allait m’arriver quand entre deux arbres, j’avais cru distinguer une cabane. Je m’en étais approché, toute frayeur envolée par la curiosité du petit garçon de onze ans que j’étais alors. Cette cabane en bois, perdue dans la forêt, m'avait attiré, comme un aimant. Sortant du couvert du sous bois, je m'étais rapidement approché. Quelque chose m'appelait dans cette masure. Je ne savais pas alors qu'elle me mènerait à ma perte... Je n'étais plus qu'à quelques pas, quand la porte s'était brutalement ouverte. Un homme en était sorti, l'air hagard, un peu effrayé peut-être de me voir ici. J'avais eu peur alors. Son regard, vague, complètement fou avait fait monter en moi une grande vague de panique. Je m'étais arrêté, figé et fasciné par cet homme. Lui, après m'avoir détaillé quelques secondes, s'était approché de moi. Tout bas il avait murmuré, comme se parlant à lui même:



" C'est lui n'est-ce pas? Lui, lui... Vas-y. Non! Vas-y. Si petit... Vas-y. Oui."



Je n'avais pas comprit, ou n'étais pas sûr de comprendre. Immédiatement après son monologue pour le moins étrange, l'homme avait arboré un grand sourire, presque un rictus. Il avait levé la main droite, m'empoignant par le col de l'autre main.



Et après? Faut-il vraiment que je raconte ce qu'il s'est passé après? Je ne pense pas y être obligé. Ces souvenirs sont encore très douloureux pour moi, bien que cela fasse déjà longtemps. Je me contenterai de dire qu'une intense douleur m'avait dévasté le côté droit, du genou à la tête. J'avais été laissé pour mort par terre et m'étais résigné à mourir à cet endroit (oui, à onze ans je m'étais résigné à mourir, tant cette souffrance m'écrasait sous son joug). Et puis, alors que je sentais ma conscience s'effilocher, elle était arrivée. La suite disparait dans les bribes de mes souvenirs. Je me rappelle qu'elle avait blessé ou tué l'homme et qu'elle m'avait emporté, je ne sais pas vraiment comment, à un autre endroit. Ensuite, plus rien, jusqu'a ce que je me réveille dans ma chambre, les yeux bandés, sans aucunes sensations dans le bras droit. Ma mère était venue, avait beaucoup pleuré et m'avait expliqué qu'on m'avait retrouvé dans le parc, inconscient, le bras dans un état effroyable et l'œil dans un état pire encore.

Elle ne m'avait rien dit de plus, ce qui m'avait beaucoup étonné. J'avais appris le pourquoi du comment quelques jours plus tard, alors que je découvrais mon nouveau physique pour la première fois. Mieux aurais peut-être valu que je sois mort. Mon bras, à partir de l'épaule, étais noir comme de la cendre, avec quelques petites taches rouge de chair brulée qui transparaissaient ici et là. Quand à mon œil, il se retrouvait dans un état assez semblable, l'iris restant gris clair mais le reste d'un noir dérangeant. Sur ma poitrine, au niveau du cœur, s'étalait une sorte de cercle noir… Peut-être une autre brulure… J'en avais été profondément dégouté. Ce corps ne pouvait m'appartenir! Malheureusement, si. Et comme me le dit mon père ce jour là je ne pouvais pas rester ici. Cela chagrinait trop Mère. Il m'avait donc envoyé chez d'obscurs oncles et tantes qui, s'ils ne m'aimaient pas, poursuivirent quand même mon éducation. Un beau jour, (je devais avoir quatorze ans..) jugeant sans doute que j'avais eu le temps de récupérer de mon accident, elle s'était manifestée à moi. Pas de manière gentille, tout en douceur, non. Brutalement. Je me trouvais dans ma chambre, en train de m'habiller (ou d'essayer de m'habiller, parce qu'avec un seul bras, c'est l'horreur...) et soudain, elle était apparue, sortant de... Moi? Et s'asseyant tranquillement sur mon lit, comme si cela était normal. Alors que je m'apprêtais à crier à l'aide, elle s'était relevée et m'avait empoigné le bras gauche. Ce qui m'avait totalement immobilisé. Une grande tristesse m'avait envahi. Voilà comment, en un geste, on pouvait me rendre absolument impuissant. Elle ne semblait pas vouloir me faire de mal, alors je m'étais plus ou moins détendu, restant quand même sur mes gardes. Elle s'était présentée à moi, disant s'appeler Elea. A la question D'où viens-tu?, elle avait répondu par un léger éclat de rire. Et une phrase assez étrange: je suis avec toi depuis ce moment là. Ce qui ne m'avait pas aidé du tout et m'avait laissé encore plus perdu qu'avant. Elea avait fini par m'expliquer qu'elle était une chain venue de l'abyss, et que j'avais passé un contrat consenti avec elle. Bien que je ne m'en rappelle pas, elle m'avait juré ne pas m'avoir forcé, que je lui avais demandé de me sauver. Je m'étais demandé si je n'étais pas devenu complètement fou. Une jeune fille qui apparait soudainement chez moi, me dit qu'elle est une chain, une de ces créatures imaginaires que ma mère utilisait pour me faire peur dans ses contes, et qui en plus me dit que nous avons passé un contrat. Et qu'elle est avec moi depuis quelques temps. Je l'aurais vu, quand même, si cette jeune fille aux cheveux bleus se baladait avec moi depuis… Un moment… Parlerait-elle de l'accident? Tout a mes réflexions, je m'étais à mon tour assis sur le lit, dévisageant pensivement celle qui disait s'appeler Elea. Serait-ce elle qui m'avait transportée quand l'étrange homme…

Soudain, je m'étais senti partir. L'image d'Elea s'était brouillée devant mes yeux. J'avais senti que je tombais du lit, sans pour autant m'empêcher de toucher le sol. Une voix dans ma tête, celle de la jeune fille, avant que je ne devienne tout à fait inconscient:

*Ne t'en fait pas, je prends la relève.*

Quelques secondes plus tard, je rouvris l'œil. J'étais encore dans ma chambre, assis sur une chaise à côté de mon bureau. L'étourdissement qui m'avait saisi n'avait pas semblé important. Enfin… Puisque j'étais assis, c'est que j'avais dû me relever, non? A nouveau cette étrange sensation me parcouru, comme si quelque chose sortait de moi. Et la jeune fille était devant moi, souriante, la tête légèrement inclinée sur le côté.

"Que s'est-il passé?"

"Tu as fait une absence, comme plusieurs fois déjà. Comme je n'avais pas envie que tu te fasse mal, je suis revenue en toi pour t'assoir sur cette chaise."

"Revenue en moi? Que veux-tu dire par là?"

Elle avait ouvert ma chemise et avait posé sa main sur le cercle noir.

"Vois-tu, ceci est le symbole de notre contrat. Moi, Elea, suis liée à toi jusqu'à ce que l'aiguille de ton sceau ai fait le tour de ce cadran. N'ayant pas vraiment envie que tu meures, sinon je devrais retourner dans l'abysse, je m'arrange donc pour que notre cohabitation soit la meilleure possible. Pour une raison que je ne connais pas, je ne suis pas obligée de rester tout le temps à l'extérieur, je peux aussi rester tranquillement en toi, et, si tu perds connaissance, c'est moi qui prends le contrôle de ton corps. J'avoue que j'ai été assez surprise la première fois que cela est arrivé… "

Nous avions continué ainsi la conversation quelques temps, essayant d'éclaircir au mieux la situation. Elle m'avait ensuite expliqué que c'était elle qui m'avait soigné le jour de l'accident, mais que pour l'œil et le bras, il n'y avait plus rien à faire. Au moins s'était-elle arrangée pour qu'ils ne me fassent pas souffrir.

Deux ans après cette scène, on m'avait "jeté" dehors, déclarant que je devais à présent me débrouiller seul. Chez moi, on ne m'avait pas accueillit, comment dire… Pas vraiment à bras ouverts. Mon petit frère avait été désigné héritier et ma mère ne voulait plus entendre parler de moi… Contre une pension mensuelle et la promesse que je ne manquerai jamais de rien, j'avais dû m'engager à couper les liens avec ma famille. C'est vers cette période que j'ai commencé à m'appeler Ôkami, en reconnaissance pour la vrai forme d'Elea, le loup argenté.

Depuis, je me débrouille comme je peux, essayant de ne pas trop céder aux envies périodiques d'Elea de tuer les gens. Parfois, la colère me prend et j'attaque quand même, pour réparer cette injustice qui a été faite. Pourquoi moi et pas eux? En conséquence, l'aiguille de mon sceau à un peu bougé, de deux ou trois crans. Je me suis dernièrement mis en route pour essayer de trouver une solution, en interrogeant les gens qui s'y connaissent. Je ne veux pas tuer Elea, que j'ai fini par accepter, mais je ne veux pas non plus me retrouver dans l'abysse, qui plus est pour un contrat dque je n'ai pas souvenir d'avoir passé.



Pouvoirs:



Ma chain s'appelle Elea. Sous sa forme humaine, c'est une fille plus petite que moi, au longs cheveux bleus attachés par un bandeau, avec un constamment réveur. Sous sa forme Chain, c'est un gros loup argenté.

Elle possède des pouvoirs de guérison mais elle est aussi capable d'attaquer au corps à corps, notamment avec ses crocs et ses griffes. Elle passe le plus clair de son temps dans mon corps, ne sortant que pour les combats ou quand elle veut se défouler.


Hors-Jeux




Comment avez-vous découvert ce forum ?: Par une amie

Aimez-vous le design ?: Il est beau, il est vert.
Votre niveau de RPG: Pas trop nul j'espère
Autre : La haut! Un lapin bleu!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui a peur du grand méchant loup? (Terminé!) Ven 7 Oct - 20:28

Bon et bien maintenant que je suis de retour je peux enfin me pencher sur ta présentation.

Celle ci est d'ailleurs correct, je te valide donc et te laisse Rp. Amuse toi bien. Si tu as besoin d'un rang n'hésite pas à me le dire par Mp.~
Revenir en haut Aller en bas

Qui a peur du grand méchant loup? (Terminé!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Abyss :: ¤Administration¤ :: Présentation :: Présentations Validées-